lundi 27 juillet 2015

L'huile de palme est partout et elle détruit les forêts d'Asie du Sud-Est.

Cultiver ce produit, trouvé dans la plupart des produits alimentaires transformés et les cosmétiques, tue les animaux et déplace les populations locales.



Le ciel était sombre et les chiens hurlaient. Il était tard le soir. Au Centre de Sauvetage de orangs-outans BOS Nyaru Menteng sur l'île de Bornéo, un secouriste se précipita berçant un petit paquet dans les bras. Il remit le précieux paquet au responsable de service. A l'intérieur, avec un visage aussi petit que celui d'une souris, se trouvait un orang-outan de 3 mois. Ceux qui étaient présents ce jour là, disent qu'il y a deux choses dont ils se souviennent le plus au sujet de leur première rencontre avec le bébé primate : ses yeux intelligents, grands et lumineux; et son bras gauche fragile - dont la moitié était manifestement absente. La main du bébé avait été arrachée.

"Les enfants orangs-outans, qui se déplacent sur le ventre de leurs mères en se tenant à leurs longs poils, ont une poigne extrêmement puissante. Ils ne lâchent pas "  dit Robert Zimmerman, dont l'organisation Orangutan Outreach aide à faciliter le sauvetage et la réhabilitation des orangs-outans sauvages. Il ajoute au Huffington Post "La main du bébé a été coupée, probablement pour la séparer de sa mère".

Les sauveteurs estiment que l'enfant et sa mère ont été chassés de leur habitat, la forêt, quand celle-ci a été détruite pour faire place à une plantation d'huile de palme. Affamée, désorientée, et trop faible pour grimper, la mère primate est probablement restée au sol pour rechercher de la nourriture quand elle a rencontré les humains qui l'ont tué et mutilé son enfant. Les sauveteurs ont appelé le bébé orang-outan "Kesi", mot  swahili  qui signifie "enfant né dans des moments difficiles". Ce nom est approprié pour beaucoup d'orangs-outans sauvages aujourd'hui.


Il y a 100 ans, on estime que 230 000 orangs-outans vivaient sur Terre. Aujourd'hui, il en reste moins de 50 000 dans la nature, se trouvant exclusivement sur les îles de Bornéo et de Sumatra--îles qui se trouvent être l'épicentre d'une des industries mondiales les plus controversées et à la croissance rapide : l'huile de palme.

Au cours des 20 dernières années, des dizaines de milliers de orangs-outans sauvages ont été tués, mutilés ou sont devenus orphelins, conséquences directes de l'industrie de l'huile de palme. Depuis 2006, l'année où Kesi a été secourue, près de 1500 orangs-outans ont été matraqués à mort après avoir erré dans les plantations d'huile de palme. Des milliers d'autres ont trouvé la mort en raison de la déforestation à grande échelle provoquée par la culture de l'huile de palme.

La conversion de la forêt et la destruction de l'habitat associées à l'huile de palme est "actuellement la plus grande menace "pour l'avenir des orangs-outans sauvages, dont la survie dépend entièrement de la santé de la forêt, a déclaré Robert Shumaker, vice-président de la conservation et des sciences de la vie du zoo d'Indianapolis. "[L'extinction] sera la triste réalité si la forêt continue à être détruite pour promouvoir le développement de l'huile de palme" a-t-il dit. Les experts estiment que les orangs-outans pourraient disparaître à l'état sauvage en 25 ans ou moins si ce taux de perte continue.


Il est possible que vous n'ayez jamais entendu parler de l'huile de palme, mais vous avez été presque certainement en contact avec elle --probablement plusieurs fois par jour. Incontournable dans la vie moderne, l'huile de palme et ses dérivés se trouvent dans des milliers de produits dans le monde entier, du rouge à lèvre au dentifrice en passant par les donuts, les friandises et le diesel bio. Produit très polyvalent, moins cher et plus efficace à produire que d'autres huiles végétales, l'huile de palme est utilisée dans la moitié des biens de consommation. (la marchandise a beaucoup d'autres noms alternatifs dans les listes d'ingrédients).

La consommation d'huile de palme à l'échelle mondiale a quintuplé depuis 1990. Les Etats-Unis et l'Europe sont ses plus gros consommateurs, mais la demande du produit accroît partout. Il est estimé que la demande va doubler d'ici 2030 et tripler d'ici à 2050. Une partie de cette augmentation de la demande viendra certainement des Etats-Unis, en partie à cause de l'interdiction de la Food and Drug Administration sur les gras trans. Mais en aucun cas plus saine, l'huile de palme est configurée pour être "l'alternative claire "pour les producteurs de denrées alimentaires, disent les experts.

Après que la FDA ait exigé des gras trans dans les produits alimentaires en 2006, les importations d'huile de palme aux Etats-Unis ont augmenté de 60%, selon le Time.  "La règle d'étiquetage nous donne une indication assez claire que faire interdire les gras trans va encore augmenter les importations américaines d'huile de palme," a déclaré Jeff Conant, qui dirige le programme international sur les forêts au sein du groupe environnemental Friends of the Earth.

Vidéo en anglais.
L'impact que cette marchandise omniprésente - maintenant une industrie de $ 44 milliards de dollars par an - a déjà eu sur la planète est stupéfiant. Les militants disent qu'il est l'une des préoccupations environnementales et humanitaires les plus pressantes de notre époque. L'équivalent de 300 terrains de football de forêt tropicale est détruit toutes les heures pour faire place à des plantations d'huile de palme, selon le Fonds Mondial pour la Nature (World Wide Fund for Nature). 

Cette destruction a décimé l'habitat des créatures en voie de disparition, a marqué profondément les communautés locales et est un facteur critique - mais souvent négligé - pour le changement climatique. Un manque de transparence dans l'industrie signifie qu'il n'y a pas de chiffres fiables pour montrer l'étendue exacte de la déforestation causée spécifiquement par l'huile de palme. Cependant, de nombreux écologistes conviennent que l'huile de palme, avec le bois pour le papier et la pâte, est l'un des principaux moteurs de la déforestation en Indonésie et en Malaisie. Les deux pays produisent plus de 85 % de la production mondiale. 

La plupart des palmiers à huile sont cultivés sur les îles de Sumatra, en Indonésie, et sur l'île de Bornéo, qui est partagée entre l'Indonésie, la Malaisie et Brunei. Cette huile est la cause numéro une de la perte de forêts en Indonésie, ce qui représente 75 % de la déforestation dans certaines régions de Bornéo, selon une étude de 2013 de Greenpeace. Les forêts de l'Indonésie et de la Malaisie sont amenées à disparaître complètement en 20 ans si la déforestation n'est pas réduite.


Bornéo, qui possède l'une des plus anciennes forêts tropicales du monde, et Sumatra - le seul endroit sur terre où les tigres, les rhinocéros, les orangs-outans et les éléphants vivent ensemble - sont deux points chauds de biodiversité vitaux en Asie du Sud-Est, qui abritent de nombreuses créatures uniques et maintenant en voie de disparition.

La conversion de la forêt sur ces îles pour la production d'huile de palme a eu un «impact démesuré sur les espèces menacées," y compris le tigre de Sumatra qui est en situation critique de disparition, l'éléphant et le rhinocéros, dit l'écologiste et fondateur de MongaBay.com Rhett Butler. Une étude de 2009 a appelé l'huile de palme la "menace la plus immédiate pour le plus grand nombre d'espèces."


Mais il n'y a pas que les animaux qui sont menacés par cette industrie. L'huile de palme a également empiété sur les moyens de subsistance, les droits et la dignité des communautés autochtones. 
Le gouvernement indonésien a distribué des étendues de terres autochtones à des sociétés privées pour la culture de l'huile de palme depuis les années 1960, selon Tomasz Johnson, militant pour la forêt à l'Environmental Investigation Agency. Des fonctionnaires corrompus et des propriétaires de plantations sans scrupules sont également connus pour saisir illégalement des terres indigènes.

"Ce qui signifie que les communautés à la base autonomes sont réduites à être des ouvriers dans leur propre pays", a déclaré Johnson dans un courriel. "De résistant avec une sécurité alimentaire, grâce à leurs propres ressources, ils deviennent totalement dépendants du travail peu rémunéré dans les plantations ... Dans les zones où les communautés sont plus dépendantes de la forêt, comme certaines régions de Bornéo, il peut y avoir un impact dévastateur sur leur capacité à survivre ".

Prenez la tribu Dayak Benuaq dans le village de Muara Tae situé à distance de Bornéo. Depuis deux décennies, la communauté se bat pour protéger ses terres ancestrales des bulldozers de plusieurs entreprises d'huile de palme. Mais selon l'EIA, la tribu a été opprimée à la fois par le gouvernement et les entreprises impliquées dans l'accaparement des terres.
Une unité paramilitaire de la police nationale indonésienne a été appelée pour réprimer la résistance et le gouvernement a retenu les fonds des villageois comme une tactique d'intimidation, dit  Johnson, ajoutant que les terres de la tribu sont maintenant "presque entièrement occupées" par une mine de charbon et deux plantations d'huile de palme. Ce sont des terres que le peuple Dayak Benuaq a utilisé pendant des siècles pour sa subsistance, sa médecine, sa culture et son identité.
"Ce sont les dernières forêts que nous avons et la seule terre que nous avons pour survivre», a dit un aîné de la communauté à l'EIA en 2012. "Si mes forêts disparaissent, nos vies le seront aussi."

Vidéo en anglais
L'industrie de l'huile de palme a également été associée à l'abus généralisé des droits de l'homme, y compris le travail forcé des enfants, selon le Département américain du Travail. "Parmi les quelques 3,7 millions de travailleurs de l'industrie, se trouvent des milliers d'enfants travailleurs et des travailleurs qui font face à des conditions dangereuses et abusives," a découvert le Bloomberg News en 2013. "La servitude pour dettes est commune, et les trafiquants qui exploitent les victimes font face à certaines sanctions, le cas échéant, des responsables d'entreprises ou gouvernementaux. "


La production d'huile de palme a également eu un impact majeur sur le changement climatique. La culture d'huile de palme en Indonésie et en Malaisie a été menée de manière disproportionnée dans les zones de carbone élevé comme les forêts tropicales et les tourbières riches en carbone. Pour cette raison, le déboisement de ces zones pour faire place à des plantations a relâché notamment de grands volumes de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

On estime que la déforestation tropicale est responsable de 15 à 20 % des émissions mondiales du réchauffement - plus que les émissions provenant des voitures et d'autres formes de transport. Dans les zones couvertes dans les sols tourbeux, le problème est encore plus grave. Lorsque les tourbières sont nettoyées et vidées pour la culture de l'huile de palme, une énorme quantité de dioxyde de carbone est libérée.

En Indonésie, la méthode illégale mais répandue de l'agriculture sur brûlis pour défricher la forêt pour des plantations vomit d'énormes quantités de gaz de serre dans l'atmosphère et contribue au problème du smog (fumées opaques et toxiques) dangereux dans la région. Il peut aussi causer des incendies de tourbières, qui peuvent brûler pendant des mois - et dans certains cas, des années.
Plus de 60 % des émissions de carbone de l'Indonésie proviennent de la dégradation des forêts et des tourbières. C'est le pays, qui a déboisé le plus rapidement que toute autre nation dans le monde, et est le troisième pire producteur mondial de gaz à effet de serre derrière les Etats-Unis et la Chine.


Les groupes environnementaux ont tiré la sonnette d'alarme depuis des années sur les effets dévastateurs de l'huile de palme, mais ces avertissements ont été largement noyés par la demande grandissante de la substance huileuse par les consommateurs inconscients du monde entier. Le paradigme, cependant, a commencé à changer. Grâce en grande partie aux efforts des ONG et des militants de terrain, les consommateurs sont maintenant davantage informés sur les impacts de l'huile de palme, et cette connaissance a poussé les citoyens concernés à faire pression sur les entreprises pour repenser leurs politiques sur l'huile de palme.

"Il y a deux ans, l'huile de palme n'était pas un problème dont la plupart des gens se souciait, ou qui a été couvert par les médias traditionnels", a déclaré Gemma Tillack, la directrice de campagne de l'agro-business pour le réseau Rainforest Action. "Mais cela a changé."

Plusieurs des plus grands producteurs d'huile de palme du monde, les commerçants et les acheteurs ont fait un soi-disant "engagement zéro déforestation" au cours des dernières années, promettant d'aller vers une production plus durable et éthique. En 2013, par exemple, Wilmar International, basé à Singapour, qui contrôle près de la moitié du commerce mondial de l'huile de palme, a promis de ne pas impliquer de déforestation dans sa chaîne d'approvisionnement dans les deux ans et se sont engagés à cesser de travailler avec des fournisseurs qui brûlent les tourbières et exploitent les communautés locales. De grands noms d' acheteurs d'huile de palme comme Nestlé, General Mills, Kellogg et Hershey Company ont fait des promesses similaires.

Une autre grande victoire est arrivée le mois dernier quand 16 leaders de l'industrie, y compris PepsiCo, Colgate-Palmolive et Starbucks, ont co-écrit une lettre ouverte à la Table ronde sur l'huile de palme durable (RSPO) pour inciter l'organisation à appliquer des normes plus strictes en matière de durabilité.

La RSPO, qui compte plus d'un millier de membres représentant tous les secteurs de l'industrie, a été créé en 2004 pour promouvoir la production et l'utilisation de l'huile de palme durable, mais a été largement critiquée pour la surveillance inadéquate de ses membres et  ne pas en faire assez pour freiner la déforestation.
La lettre à la RSPO était "la meilleure des nouvelles que j'ai pu avoir récemment," a écrit sur son blog en juin Robert Hii, un consultant en affaires durable basé à Toronto. Les signataires "détiennent  5 billions de dollars d'actifs qui peuvent briser ou modifier une industrie," écrit-il.
La conversation s'est ainsi déplacée au niveau gouvernemental. L'Union européenne a entamé des discussions sur une importation exclusive d'huile de palme certifiée durable d'ici à 2020, et les dirigeants de l'Indonésie et de la Malaisie ont commencé à répondre à la pression internationale pour sévir contre la déforestation. En 2011, le président indonésien Joko Widodo a déclaré un moratoire sur la destruction des forêts primaires et des tourbières - une interdiction qu'il a réaffirmée cette année.


Pourtant, après toutes ces promesses et cette démonstration de soutien de l'industrie, le vrai changement a été lent à venir. Parler, comme chacun sait, ce n'est pas cher. "['Zero-déforestation'] est devenu un slogan populaire, un outil de balayage pour les sociétés sous attaque des ONG,"dit Hii au HuffPost. "C'est devenu une déclaration fracassante en particulier lorsqu'elle est faite par des sociétés qui essaient encore de tracer leur approvisionnement en huile de palme."

La traçabilité - savoir exactement d'où un lot d'huile de palme provient - reste l'un des plus grands défis de l'industrie. On estime que deux-cinquièmes de l'huile de palme du monde sont cultivés par de petits exploitants, des petits fermiers dont la terre est souvent cachée dans les zones reculées où la surveillance réglementaire est faible. Ajoutez à cela les problèmes gigantesques de corruption et de criminalité, monnaie courante dans l'industrie, et le traçage fiable de la chaîne d'approvisionnement devient presque ridiculement difficile.

La grande majorité des producteurs d'huile de palme en Indonésie n'ont pas atténué les impacts sociaux et environnementaux de leurs plantations, a mis à jour un rapport en 2014 par l'EIA appelé "Crime autorisé." Dans les concessions d'huile de palme ou les zones de culture étudiées pour le rapport, le taux d'illégalité estimé était un énorme 80 %. Le rapport a également révélé le nombre alarmant de petites sociétés opaques d'huile de palme qui poussent en détruisant illégalement de vastes étendues de forêts.

"De manière générale, le niveau de conformité juridique dans le secteur est très faible, et l'application de la loi est très faible en raison de la corruption enracinée", a déclaré Tomasz Johnson de l'EIA. "Pour les consommateurs, cela signifie qu'il est très probable que l'huile de palme qu'ils consomment sur une base quotidienne a été produite illégalement. Elle n'a presque certainement pas été produite de manière durable, dans aucun des sens du mot ".

Malgré le moratoire sur les forêts du président Widodo, les forêts primaires en Indonésie continuent également d'être rasées à un taux consternant. L'écosystème du Leuser sur l'île de Sumatra en est un exemple. "Cette forêt tropicale massive et bio-diversifiée est morcelée pendant que nous parlons, pour de nouvelles concessions d'huile de palme," a déclaré la semaine dernière Gemma Tillack du Réseau Rainforest Action.



En fin de compte, les militants disent qu'une lutte performante sur ces questions complexes et interconnectées nécessitera une approche concertée sur plusieurs fronts. "La taille et l'ampleur du problème sont vraiment dramatiques", a déclaré Tillack. "Il n'y a pas encore beaucoup de compréhension sur l'endroit où l'huile de palme provient et comment elle est produite. Il faudra une transformation complète de la chaîne d'approvisionnement pour trouver une véritable issue ".


Les gouvernements et les entreprises locales et nationales à tous les stades de la chaîne logistique ont besoin de travailler ensemble, dit Tillack, de favoriser un environnement de transparence et un dévouement non seulement à la préservation des forêts, mais à la durabilité sur une échelle beaucoup plus large. Les consommateurs, eux aussi, ont un rôle indispensable à jouer.


"Les actions du consommateur sont cruciales", a déclaré Tillack. "Il est en train de conduire ce changement dans [l'industrie] de l'huile de palme. Nous devons continuer à mettre la pression - c'est essentiel. Les consommateurs ont besoin d'appeler les entreprises à adopter des politiques responsables, continuer à leur dire que les gens s'en soucient. "

Avec la demande pour l'huile de palme qui monte en flèche, et la frontière du produit s'étendant déjà dans d'autres zones sensibles de l'Asie du Sud-Est, d'Amérique centrale et d'Afrique de l'Ouest, le est grand temps d'agir. "Nous avons une réelle opportunité pour inverser la tendance", a déclaré Tillack.


L'huile de palme véritablement durable et éthique pour la planète entière peut désormais sembler un rêve presque impossible. Mais la survie des animaux comme l'orang-outan Kesi devrait nous donner de l'espoir, bien que beaucoup de dommages ont été fait, que la rédemption est toujours possible, a déclaré Richard Zimmerman de Orangutan Outreach. Aujourd'hui, près d'une décennie après son sauvetage, Kesi est prospère. 

"Elle est forte, est une femelle dominante qui ne laisse pas une main manquante l'empêcher de faire quoi que ce soit", a dit Zimmerman. "Nous aimons à penser qu'elle n'a pas "qu'une une seule main". Au contraire, elle en a trois au lieu de quatre. Les orangs-outans ont une volonté de vivre qui semble souvent extraordinaire", a-t-il ajouté. "Ils survivent dans des circonstances incroyablement difficiles."  L'avenir de l'espèce de Kesi est entre nos mains. 

"Certaines populations d'orangs-outans ne survivront pas - du moins pas où ils sont maintenant ... [mais] nous sommes confiants, nous serons en mesure d'empêcher l'extinction," a-t-il dit. "Tout cela prend une énorme quantité de temps, d'argent, de ressources, de l'énergie et de la coordination - ainsi que la coopération au sein de nos réseaux, avec les autorités, avec les populations locales et les entreprises qui déboisent la terre. Avec autant de pièces mobiles, cela peut être assez compliqué. Mais nous continuons juste de faire tout notre possible pour les sauver. 

"Nous n' avons pas le choix», a-t-il conclu. "Si nous ne le faisons pas, qui le fera?" 

Des organisations telles que les programmes de soutien Orangutan Foundation international et Orangutan Outreach soutiennent des programmes de sauvetage et de réhabilitation des primates comme Kesi. Vous pouvez également adopter des orangs-outans auprès de ces organisations. 

The Huffington Post par Dominique Mosbergen, traduction Myriam Chergui

mardi 21 juillet 2015

Parc National Tesso Nilo : bientôt rayé de la carte.

Des dizaines d'incendies font rage dans le Parc National Tesso Nilo en Indonésie. D'après une nouvelle analyse de l'Institut des Ressources Mondiales (WRI), depuis 2000 cette zone protégée a perdu plus de 40 % de sa couverture forestière.

L'analyse des données satellite de la NASA montre qu'il y a eu 185 alertes d'incendies dans les limites du Parc National de Tesso Nilo depuis le 29 mai 2015. Environ un quart d'entre eux sont des alertes d'incendies de "haute confiance" qui sont plus susceptibles d'être associés aux défrichement de la forêt pour l'agriculture par la méthode d'incendies.

Un survol par Mongabay au début de juin a confirmé plusieurs incendies dans le Tesso Nilo. Le survol a également documenté un défrichement actif de la forêt et le développement de nouvelles plantations à l'intérieur de la zone protégée.

Global Forest Watch  montre la récente perte de territoires forestiers  dans le Parc National Tesso Nilo. Photo WRI

Photo WRI
Le Parc National de Tesso Nilo est devenu tristement célèbre l'année dernière après une visite d'Harrison Ford qui aurait mis en évidence la destruction des forêts à grande échelle pour les plantations de palmiers à huile illégales. C'est devenu l'un des meilleurs exemples des défis auxquels font face les forêts indonésiennes. En conséquence, les feux soulèvent des préoccupations quant à la capacité et la volonté de lutter contre la déforestation. Les feux criminels, au moment où les scientifiques avertissent que "el Niño" pourrait apporter des conditions exceptionnelles  de sécheresses dans cette, pourraient exacerber la «brume» polluantes qui résulte généralement de la tourbe et forêt en feu.
[...]
Le gouvernement indonésien a maintenant les outils pour aborder cette dramatique problématique, comprenant un système d'alerte au feu avancé et de Global Forest Watch comme  plate-forme pour la surveillance des changements de la couverture forestière. Il a aussi un mandat politique puissant sous forme d'une pression direct de Singapour et de la Malaisie pouvant mettre fin rapidement à la brume sèche couvrant la région en cette période de l'année. Mais ce qu'il semble  manquer est tout simplement la volonté de prendre des mesures.

Ci dessous des images des zones incendiées et parties en fumée dans le Parc National Tesso Nilo. Prise par Rhett Butler en Juin à 2015.








Fires rage in Indonesian park illegally trashed for palm oil par Rhett A. Butler le 10 juillet 2015 Traduction Perrine Odier

jeudi 16 juillet 2015

Malaisie : coups de couteau pour les orang-outans.

Cette semaine à Kota Kinabalu, Malaisie, au nord de l'île de Bornéo, un orang-outan blessé, a été sauvé d'une plantation de palmeraie située sur la côte Est de Sandakan. Ce mâle adulte orang-outan est traité au Centre de réadaptation "Sepilok Orang Utan". Les gardes forestiers cherchent toujours à déterminer s'il a été attaqué par des braconniers ou par des villageois. L'orang-outan a plusieurs plaies au bras mais aussi des blessures sur tout son corps, il se remets doucement, a déclaré le directeur William Bay, du Sabah Wildlife Department .

L'orang-outan blessé est traité par des vétérinaires et les responsables de la faune au Centre de réadaptation "Sepilok Utan Orang".

"Il semble être OK et répond au traitement,» a-t-il dit, ajoutant que les gardes ont sauvé l'orang-outan, après qu'un propriétaire d'une palmeraie l'ai vu dans sa plantation vers mardi midi. Un rapport de police a été déposée ce soir. L'orang outan est pourtant un animal intégralement protégé à Sabah.

Le 18 août dernier, trois orang-outans - nommé Mambo, Terry et Mary - ont été retrouvés morts suite à une série de coups de couteau à l'hôtel "Shangri-La Rasa Ria Nature Resort" à Tuaran, à environ 40 km d'ici. Deux autres animaux ont été blessées dans l'attaque, mais à ce jour, aucune arrestation n'a été faite.

TheStar.com Traduction OlgaO