vendredi 24 juin 2016

Peut-on résister ? Pourquoi résister ? Comment résister ?

Si vous vous intéressez aux trois questions suivantes, ce livre est pour vous : « Peut-on résister ? Pourquoi résister ? Comment résister ? ».

La civilisation industrielle est en train de détruire la Terre ; le nier, c’est subir la domination d’une idéologie dont l’ambition est d’annihiler le vivant ou de le réduire en esclavage. Ce recueil de discussions porte sur le changement de stratégie et de tactiques qui doit se produire si nous voulons construire une résistance efficace. Il y est question d’interposer nos corps et nos existences entre le système industriel et toute vie sur la planète. Il y est question de contre-attaque.

Dans ce premier volume vous trouverez des textes et discours de Vandana Shiva, Derrick Jensen, Stephanie McMillan, Lierre Keith et Aric McBay. Livre de poche, 148 pages. 10 euros.



samedi 4 juin 2016

Pourquoi le réchauffement climatique d'aujourd’hui a les racines dans le passé génocidaire de l’Indonésie

Les massacres de masse en 1965 vivent dans les émissions mondiales de CO2 provenant des incendies criminels de forêt - et par les violations des droits de l’homme dans le domaine de l’huile de palme. Il y a eu une grande préoccupation sur ce que le changement climatique aura comme conséquences sur les hommes et les droits de l’homme, mais peu d'attention sur la façon dont les violations des droits de l'homme affectent notre climat mondial.

Quelques 130.000 incendies de forêt en Indonésie assombrissaient le ciel sur une grande partie de l'Asie du Sud-Est l'été dernier et à l'automne, détruisant plus de 2 millions d'hectares de forêt tropicale vierge » Photo: Ulet Ifansasti / Getty
Il y a cinquante ans, l'Indonésie a connu un génocide. Les massacres peuvent être relativement inconnus, mais d'une manière terrible la destruction continue et nous menace tous. En 1965, l'armée indonésienne a organisé des escadrons de paramilitaires de la mort et ont exterminé entre 500.000 et 1 million de personnes qui avaient été identifiées comme des ennemis de la nouvelle dictature militaire du général Suharto. Aujourd'hui, les tueurs et leurs protégés sont de confortables figures bien établies dont l'impunité, le pouvoir politique et la capacité d'intimidation perdurent. Au cours de cette dernière année, la dictature qui a commencé avec le génocide est arrivée dans nos vies. Quelques 130.000 incendies de forêt en Indonésie assombrissaient le ciel sur une grande partie de l'Asie du Sud-Est l'été dernier et à l'automne, détruisant plus de 2 millions d’hectares de forêt tropicale vierge - une superficie plus grande que New Jersey ou le Pays de Galles. 

Les feux ont libérés plus de 1,75 milliards de tonnes de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, l'équivalent des émissions annuelles totales du Japon. Alors que les feux de l'an dernier ont été les pires enregistrés, les incendies sur une échelle similaire ont brûlé chaque année pendant près de 20 ans, se moquant des efforts de la lutte contre le réchauffement climatique. Les incendies sont causés par des sociétés indonésiennes et internationales pour brûler la forêt tropicale et de le remplacer par des plantations de palmiers à huile. L'huile de palme est l'huile les plus couramment utilisés dans le monde, et le marché a explosé avec la classe moyenne mondiale. Allumer des incendies est le meilleur moyen pour défricher des terres pour de nouvelles plantations de palmiers à huile.


Bien que l'Indonésie a des lois strictes visant à maintenir les feux en échec, les lois existent sur ​​papier seulement. Les entreprises travaillent à distance pour faire brûler la forêt parce qu'ils utilisent un partenariat avec les militaires - une institution qui, depuis le génocide, a commis des violations des droits de l'homme avec une régularité alarmante. Ces atrocités récurrentes gardent l'armée crainte de tous - et au-dessus de la loi. Depuis 1965, les entreprises multinationales ont collaboré avec les forces armées afin de saisir les terres et exploiter une main-d'œuvre pas cher, trop apeurée, pour exiger des conditions de travail sûres ou un salaire équitable. (Les terres sont également saisies pour d'autres utilisations illégales lucratives, souvent, principalement des concessions forestières et des mines, qui sont aussi destructeurs de l’environnement.) 

Et ainsi, ces militaires et ses partenaires corporatifs s’en sortent toujours grâce avec une corruption effroyable et crimes écologiques innommables. Depuis 50 ans, la capacité de terroriser a déterminé la répartition des richesses et du pouvoir. Alors que les producteurs d'huile de palme et leurs partenaires militaires profitent des incendies, le peuple de l'Indonésie paie un prix incalculable. L'enfer de l'année dernière, a touché, d'une incessante, écœurante fumée près de 43 millions d’humains (quid des autres êtes vivants). Un demi-million de personnes ont reçu des soins pour des maladies respiratoires, alors qu'une moyenne de 110 000 asiatiques du Sud-est meurent chaque année à la suite de ces incendies. Et les lignes sans fin de palmier à huile se propagent brutalement avec ses conditions de travail abusives - y compris le travail des enfants et d’empoisonnement par des herbicides et des pesticides mortels.

Pendant ce temps, la déforestation met en danger critique plus d'un tiers des mammifères de l'Indonésie. Et, selon Pep Canadell, directeur du Global Carbon Project, les incendies étaient "le point de basculement global" qui pousse le monde au-delà de 2 C° de réchauffement et nous glissent en zone de danger. Ceci est à la fois la pire catastrophe écologique de la planète et une catastrophe des droits humains - et nous sommes tous impliqués. Nous profitons de cette règle de la peur et la destruction des forêts en consommant beaucoup des produits d'exportations de l'Indonésie. L'huile de palme est utilisée dans de nombreux produits de beauté, des collations et des desserts de sociétés comme Starbucks, PepsiCo, McDonald, Pizza Domino, Unilever, et d'innombrables autres. Alors que quelques entreprises ont commencé à faire des progrès significatifs vers l'élimination de l'huile de palme de conflit de leurs produits, la plupart restent récalcitrantes - au détriment des Indonésiens et de notre écosystème mondial.

Les incendies et l'exploitation doivent être arrêtés, mais les institutions destinées à tenir les sociétés et les responsables militaires sont délibérément maintenus faibles. Ceux qui doivent contrôler le pays - les tribunaux, les fonctionnaires et les élus - sont souvent ceux-là mêmes qui encouragent, et tirent profit, conduisant le pays à la ruine.

Même le président Joko Widodo, qui a été élu pour ses pouvoirs réformistes, a été inefficace dans la maîtrise des corporations et militaires. Il n'a pas non plus tenu sa promesse de campagne pour punir les violations des droits de l'homme, y compris le génocide 1965. Il a refusé d'établir une commission de vérité, et encore moins envisager des poursuites contre les auteurs. Cela signifie que l'impunité reste la norme, et comme pour le prouver, le gouvernement indonésien a récemment annoncé que les incendies d’origine criminelle dans les forêts tropicales ont de nouveau recommencé - et brûlent aujourd'hui.

Déchargement des noix du palmier à huile à Sumatra. L'année dernière, «un demi-million de personnes ont reçu des soins pour des maladies respiratoires, alors qu'une moyenne de 110.000 asiatiques du Sud-Est meurent chaque année suite à ces incendies ». Photo: Antara Foto / Reuters
Pourtant, il y a eu quelques notes de changement. La diffusion de mes films « The Act of Killing » (L’Acte de Tuer, 2013) et « The Look of Silence » (Le Regard du Silence , 2015) en Indonésie a stimulé une discussion national sur le génocide et les conséquences de l'impunité. Selon le commentateur culturel indonésien Ayu Ratih, « les milliers de projections à travers le pays ont été, pour la jeune génération, un rite de passage, une initiation à l'âge adulte qui les fait se sentir plus mature, socialement et politiquement ».

Cette jeune génération n’acceptera plus le silence et l’inaction, et récemment, nous avons vu monter la pression publique sur le gouvernement. Ce mois-ci des responsables indonésiens convoqués, pour la première fois, à un colloque pour examiner les meurtres perpétrés. Les membres du cabinet du président Widodo, le procureur général de l'Indonésie, chef de la police, et le ministre de la Justice ont assisté à la conférence - comme l'ont fait des militants d'ONG, d'anciens chefs militaires, les survivants et les familles des personnes tuées. Alors qu'il s’agit d’un rassemblement sans précédent, cela reste une bien maigre étape pour mettre fin à la dictature capitaliste qui a commencé en 1965. Le gouvernement a refusé de présenter des excuses, et aucune mesure n'a été prise vers une véritable reddition de comptes.

Le mouvement de l'Indonésie contre l'impunité a une longue lutte à venir. Notre survie en tant qu'espèce peut dépendre de son succès.



D'après la traduction de Perrine Odier 

mercredi 18 mai 2016

"La principale cause des incendies de forêt est la cupidité", dit le chercheur Herry Purnomo

Comment la cupidité humaine détruit de vastes étendues de forêt tropicale surnommée "les poumons de la terre" poussant l'orang-outan de Sumatra un pas de plus vers l'extinction. La zone du Leuser Ecosystem, à Sumatra, est détruite par les plantations de palmiers à huile, la déforestation et les feux de forêt. En conséquence, les orangs-outans de Sumatra en voie d'extinction sont poussés encore plus vers l'extinction. Les tentatives du président indonésien pour réprimer l'industrie ont été accueillies avec scepticisme par les militants.

L'orang-outan orphelin est assis pendant que le vétérinaire écoute son rythme cardiaque - se déplaçant à peine, ébouriffé, apparemment sur le point de mourir.
Mais il a de la chance : il a été sauvé. Sa mère n'a pas été aussi chanceuse, devenant une autre victime de la cupidité détruisant lentement de vastes étendues de forêt tropicale connues comme « les poumons de la terre». Parce qu'il y a beaucoup d'argent à faire ici dans l'écosystème la zone du Leuser Ecosystem, dans le parc national de Gunung Leuser, Sumatra - mais seulement si vous coupez les arbres et détruisez un habitat.

Le plus grand coupable au cours des dernières années est l'industrie de l'huile de palme, dont les plantations empiètent sur la forêt à cause de son fruit - utilisé pour tout allant des biscuits aux shampooings - dont la demande ne cesse de croître.
Ajouté à cela les incendies de forêt qui se répandent à travers les arbres chaque année pendant la saison sèche en raison du consentement "couper et brûler illégalement". Cette combinaison de déforestation, incendies de forêt et production d'huile de palme sur la zone du Leuser Ecosystem - classée comme forêt tropicale en danger par l' UNESCO - a signifié au orang-outan de Sumatra déjà en danger critique est maintenant encore plus proche de l'extinction.

Durant les années 1990, on a évalué que la forêt était détruite si rapidement que l'habitat de 1000 orangs-outans disparaissait chaque année.
Le photographe Sutanta Aditya, qui a passé du temps à photographier les forêts tropicales, les plantations et la faune sauvage pour mettre en évidence la question, a déclaré: «Selon l'UICN, au cours des 75 dernières années , la population des orangs-outans de Sumatra a diminué de 80 pour cent." De plus, les plantations d'huile de palme qui opèrent dans la zone centrale du parc national ont résulté au fait que l'Indonésie produit plus de gaz à effet de serre que les Etats-Unis et la Chine, sur la base de facteurs tels que la dégradation des tourbières, les incendies de forêt et la déforestation. Le photographe a ajouté: « les émissions de CO2 , même si un feu de forêt en 2015 a totalisé 1.700 millions de tonnes, dépassent les émissions de CO2 des États-Unis.»

Photo : Bjorn Vaughn, lors du smog de l'automne 2015
Il y a aussi des problèmes avec la sécheresse et les fermiers locaux qui espèrent poursuivre leur activité agricole dans la région, malgré les effets de l'industrie de l'huile de palme.
Cependant, il peut y avoir un espoir à l'horizon : l'Indonésie pousse à interdire les nouvelles opérations d'huile de palme après le brouillard des feux de forêt de l'année dernière en partie imputée à l'expansion de l'industrie.

Le Président Joko Widodo a proposé une halte sur l'octroi de nouvelles terres pour les plantations d'huile de palme par le premier producteur au monde de l'huile végétale comestible - une proposition qui vise à réduire la destruction de l' environnement causée par l'industrie et l'arrêt des flambées de brouillard annuelles. Dans un communiqué, il a dit que «les concessions d'huile de palme disponibles pour le moment sont déjà suffisantes» et a exhorté les producteurs à se concentrer sur l' utilisation de meilleures semences pour augmenter leurs rendements. Mais l'association indonésienne du palmier à huile a averti que l'interdiction pourrait endommager l'un des piliers de la plus grande économie de l'Asie du Sud-Est qui supporte 24 millions d'emplois, directement ou indirectement.

« L'huile de palme est un secteur stratégique qui a contribué à 19 milliards de dollars d'exportations en 2015», a déclaré Tofan Madji, un porte-parole du groupe, qui représente quelque 650 entreprises. » «Elle contribue à la croissance économique, en particulier dans les zones reculées. »


Les militants se sont montrés prudents à propos de la proposition, avec Greenpeace Indonésie avertissant que cela ne sera pas efficace à moins que le gouvernement présente une règlementation sévère, plutôt que de simplement une «instruction présidentielle» plus faible.

Kiki Taufik, militant forêt Greenpeace Indonésie, a également averti des problèmes de mise en œuvre que les différentes parties du gouvernement auront besoin de travailler ensemble pour une interdiction en douceur d'opérer. « Ceci est probablement l'une des parties les plus difficiles. Le manque de coordination entre les responsables est commun et il conduit souvent à une mauvaise application de la réglementation», a déclaré Taufik.

Un moratoire sur les nouveaux permis d'exploitation forestière sur les forêts primaires et les tourbières - définies comme des zones non enregistrées dans l' histoire récente - a été mis en place depuis 2011, mais les militants disent que c'est quelque chose qui a parfois été ignoré lorsque les gouverneurs locaux accordent des concessions.

Photo : David Gilbert pendant le smog de l'automne 2015
Le plan de l'huile de palme fait suite à une interdiction de 2015 d'un nouveau développement sur toutes les tourbières après que des pans entiers de tourbe riche en carbone ont été drainés pour une utilisation comme plantations au cours des dernières années, créant de zones hautement inflammables. Le gouvernement a également promis de sanctionner plus de 50 entreprises accusées sur les incendies de forêt de l’année dernière. Mais il a subi un revers en décembre quand un tribunal a rejeté une action en justice de 565 millions de dollars contre une compagnie de pâtes et papiers accusés de ne pas avoir empêché les flammes. 

Certains croient que peu peut être fait pour arrêter les feux annuels quand il y a encore de l'argent à se faire grâce à l'huile de palme. «La principale cause des incendies de forêt est la cupidité, dit Herry Purnomo, chercheur au centre pour la recherche forestière internationale basé en Indonésie.» «Tant que les gens veulent un retour rapide, de l'argent rapide, la forêt continuera de brûler.»


D'après la traduction de Laurence Duthu du Dailymail.com