dimanche 24 avril 2016

Les Droits de l'Homme face à l'huile de palme industrielle.

Commission Africaine des Droits de l'Homme, les questions sur la déclaration de harcèlement judiciaire sur la personne Nasako Besingi :

Le rapporteur spécial sur les défenseurs des Droits de l'Homme de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Droits des Peuples, Reine Alapini Gansou, exprime sa préoccupation concernant les allégations de harcèlement judiciaire et intimidation envers Nasako Besingi. M. Besingi, Directeur de la Lutte pour l'Avenir de l'Environnement ( Struggle to Economize Future Environment (SEFE),ONG basée dans le village de Mudemba, au Cameroun, qui défend les droits fonciers des communautés locales face à l'expansion des plantations de palmiers à huile.

Le 21 janvier 2016, Nasako Besingi a été accusé de rassemblement illégal et d'organisation et incitation à une manifestation. Les mêmes sources indiquent que les accusations sont fondées sur des accusations portées contre M. Besingi par Heracles farms en novembre 2014, à la suite d'une manifestation à laquelle les t-shirts ont été distribués avec la phrase " Pas de plantations sur nos terres ; Heracles dehors !". Selon les informations que nous avons reçu, ce n'est pas la première fois que M. Besingi a été pris pour cible à cause de son travail en tant que défenseur des Droits de l'Homme. Le 3 novembre 2015, il a été condamné sur de fausses accusations [condamné pour des faits qu’il n’aurait pas reconnus]. Le rapporteur spécial des Droits de l'Homme se dit profondément troublé par cette situation.

Nasako Besingi
Il demande donc au gouvernement de la République du Cameroun de remplir ses obligations et de promouvoir et protéger les Droits des défenseurs des Droits de l'Homme, conformément à la Charte Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples et d'autres droits régionaux et instruments juridiques internationaux, notamment l'organisation des Nations Unies avec la Déclaration sur les Défenseurs des Droits de l'Homme, la Déclaration de Grande Baie et la Déclaration de Kigali. Le rapporteur spécial invite donc le gouvernement camerounais de faire tous les efforts pour garantir la justice pour Nasako Besingi, de protéger sa sécurité physique et psychologique et de veiller à ce que tous les défenseurs des Droits de l'Homme au Cameroun sont en mesure de mener à bien leurs activités légitimes pour promouvoir et défendre les Droits de l'Homme sans la peur de représailles et exempt de toutes les restrictions.

Banjul, 1 avril 2016
ReineAlapini-Gansou
Rapporteur spécial sur les Défenseurs des Droits de l'Homme de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Droits des Peuples

samedi 30 janvier 2016

GAIA et l'huile de palme

La société belge GAIA, active dans la protection animale, commercialise toujours et ce depuis des années, le Faux Gras alternative au foie gras (qui en soit est une bonne chose) contenant de l'huile de palmiste (provenant de l'amande de la noix de palme).
L'association L'Huile de Palme : NON ! a écrit fin 2014 à GAIA, via une lettre en recommandée, pour connaître leur fournisseur colombien d'huile de palmiste car à part le pays de provenance, GAIA ne donne jamais plus d'informations à chaque fois qu'elle est interrogée sur ce point.

La réponse reçue par lettre n'a rien apporté de plus, GAIA refusant toujours de dévoiler le nom de leur fournisseur qui, d'après elle, change selon l'évolution du marché. Cette lettre s'est révélée également menaçante envers l'association L'Huile de Palme : NON ! en nous invitant à cesser nos "démarches de dénigrement public".
En fait, il n'a pas fallu aller chercher très loin la réponse tant attendue du nom du fournisseur. Elle a été donnée par Tartex, société qui produit le Faux Gras pour GAIA. Tartex a révélé qu'il s'agissait de Daabon, empire colombien politico-mafieux qui n'hésite pas à recourir aux paramilitaires pour exproprier les petits paysans de leurs terres afin de convertir ces dernières en monocultures de palmiers à huile "bio" !

Suite à cette révélation, l'association a une nouvelle fois écrit par lettre à GAIA (photos jointes) apportant la preuve que c'est bien la société Daabon qui produit cette huile de palmiste nocive pour l'environnement, les populations autochtones et la santé.
A ce jour, aucune retour ne nous est parvenu de GAIA…

Si vous souhaitez leur faire part de votre mécontentement et que GAIA abandonne une bonne fois pour toute cette huile de palmiste, n'hésitez pas à vous rentre sur leur page Facebook.

Une pétition est également toujours en cours (n'oubliez pas de confirmer votre signature via le mail envoyé par Mes Opinions sur votre boite mail).




mercredi 13 janvier 2016

Une bonne année 2016 à vous avec Ferrero

Comme l'année dernière Frédéric Thil, patron de Ferrero France, vous souhaite une bonne année à sa manière certes.
Pour lui et tous ses copains de l'huile de palme, ce sera encore une bonne année de déforestation et de profit !
Rassurez-vous ça ne va pas durer encore longtemps, il n'y aura plus de forêt ! Si vous pensez encore que l'huile de palme durable existe, voici un article "Huile de palme "durable" : un outil de greenwashing pour berner le consommateur".

Bonne Chance à tous pour 2016!