lundi 1 juin 2015

Exploitations des ressources en Papouasie Occidentale

La Papouasie Occidentale est l'une des dernières grandes régions reculées du monde offrant encore un avenir au monde sauvage. Plus de 250 communautés autochtones distinctes vivent parmi des forêts tropicales spectaculaires, des montagnes et les écosystèmes coralliens. Mais tout ne va pas bien sur la deuxième plus grande île du monde.

"La Papouasie occidentale est l'une des dernières grandes régions sauvages de notre planète."
La deuxième plus grande île du monde est aujourd’hui le théâtre de l'un des conflits contemporains les plus gravement passés sous silence. Officiellement, la Papouasie occidentale est une région autonome de l'Indonésie. Les Papous se battent pour l'indépendance du territoire depuis les années 1960, tandis que l’appât du gain et un illustre et impitoyable militaire indonésien cherchent à renforcer la situation économique de l’Indonésie en exploitant les immenses ressources naturelles du territoire.

"Depuis 2004, les journalistes étrangers ont été bannis de Papouasie occidentale, limitant inéluctablement la rédaction de rapports sur les violations des droits de l'homme et la destruction de l’environnement."

Pourtant, Amnesty International estime qu’entre 100.000 et 400.000 Papous ont été tués depuis que l'Indonésie a pris le contrôle du territoire en 1969. La Papouasie occidentale reste une zone militarisée, permettant à l'armée indonésienne d'engranger d'énormes bénéfices des accords lucratifs conclus avec des entreprises forestières, minières et exploitantes d’huile de palme, tout en supprimant impitoyablement les populations locales. Les ressources s’écoulent sur les marchés aux États-Unis, Canada, en Europe, en Australie et en Chine.

"Lorsque je me rends en Papouasie occidentale, je trouve des communautés désespérément pauvres et contraintes à vendre leurs terres pour aussi peu que 1 $ US par hectare."

Je survole alors les îles ravagées par l’exploitation de mines de nickel, dans ce qui est l'environnement marin le plus riche de la planète. Je vois les sédiments qui coule librement dans les récifs coralliens et visite des communautés en conflit, ou les batailles de concessions autour du niquel et des intérêts miniers sont légions. Dans le port industriel de Sorong, je suis témoin des  ravages de la migration, de la prostitution et d’une épidémie alarmante du SIDA.

Papouasie Occidentale, Indonésie. 

La Papouasie occidentale est le foyer de l'un des écosystèmes les plus spectaculaires sur la Terre. Ses forêts et les océans contiennent une variété ahurissante d'espèces endémiques. L'archipel Raja Ampat, vu ci-dessus, a récemment été reconnu comme la partie la plus riche en biodiversité de l'océan sur la planète.

Mine Kawe
Mine Kawe
Le statut de province autonome attribué à la Papouasie occidentale, conçu pour apaiser le mouvement d'indépendance, n’a fait que créer un chevauchement des autorités, avec des permis d'extraction de ressources émises par Jakarta (capitale indonésienne) ainsi que le gouvernement provincial.

Il y a très peu de transparence dans les pratiques de ces sociétés, et donc très peu de responsabilité. Les militaires et investisseurs étrangers se font la part belle. La mine en photo ci-dessus montre l’exportation de nickel latéritique destiné au Queensland, en Australie.

Le gouvernement a de grands projets pour la Papouasie occidentale, y compris l'introduction de mines de nickel au Raja Ampat. La mine en photo ci-dessus à droite sur l'île de Kawe a été temporairement fermée en raison des combats entre les différentes parties. La mine a l'espoir d'obtenir le feu vert pour reprendre l’extraction, mais pour le moment l'île fait l’ objet de multiples patrouilles et de conflits parmi les villageois. Grâce à leur situation incroyablement lointaine, ces mines sont capables d’exploitation sans presque aucune évaluation d'impact environnemental.

"Les déchets et les sédiments sont jetés à la mer décimant les récifs coralliens et zones de pêche qui soutiennent les communautés locales."

Enfants papous
Au village de Go dans la baie de Maya Libit, des enfants se sont étouffés avec les sédiments provenant des activités de déforestation et d'exploitation minière. Les villages touchés par l'extraction et la déforestation ont également été affectés par des problèmes graves de santé publique après avoir manger du poisson contaminé par les déchets.

Villageois de Salpeli 
Pêcheur artisanal de Raja Ampat.

Ci-dessus en haut, vous voyez des villageois de Salpeli en train de cuire du poisson sur un feu ouvert. Dans le fond, vous pouvez voir un bateau chargé de matériaux de construction illégale qui se prépare à quitter le port à destination de Sorong Petrochina, une des plus grandes sociétés pétrolières et gazières dans le monde.

Les gens de Raja Ampat ont survécu grâce à la pêche artisanale, mais maintenant, la présence de nickel dans l'eau menace de détruire cette activité de « survie ».

Les communautés sont maintenant divisées : faut-il lutter contre les mines et protéger les eaux, ou faut-il plutôt rejoindre les mineurs et abandonner la pêche pour une ressource financière certainement temporaire ?
"Certains résidents, employés par la mine se félicitent de l'initiative. D'autres qui voient à plus long terme s'y opposent farouchement."

Le problème est que ces îles ne contiennent qu'une quantité infime de nickel qui rend impossible pour les entreprises de fonctionner pendant plus de 5-10 ans. Ajoutez à cela le prix du marché fluctuant de nickel et il est facile d'imaginer un scénario dans lequel , après avoir détruit leurs lieux de pêche ancestraux , les populations locales se retrouvent sans rien .
Sorong, Indonésia
Afin de faciliter l'exploitation des ressources naturelles de la Papouasie occidentale, le gouvernement indonésien met en œuvre une politique de transmigration énorme avec des milliers d'immigrants arrivent chaque semaine à partir des îles telles que Java et Sulawesi. Une nouvelle économie est en cours de construction basée principalement autour de l'exploitation minière et d'extraction de ressources. Le taux de VIH est significativement plus élevé que partout ailleurs en Indonésie.

Guru Jemat Steven Su
Thomas Klasibin
Ci-dessus, première photo, Guru Jemat Steven Su, un aîné du peuple Mooi, m'a dit que sa communauté a vendu leurs terres pour seulement cinq dollars l'hectare. Les grandes entreprises de bois et d'huile de palme, souvent avec le soutien de l'armée indonésienne, incitent les populations autochtones à les "vendre", et de se rendre esclaves dans leur propre pays.

Ci-dessus, la deuxième photo, Thomas Klasibin se tient devant ce qui était autrefois la forêt qui l'a vu grandir. Après avoir vendu sa terre, la communauté de Thomas vivent maintenant dans des maisons délabrées sur le bord de ce qui ressemble à une zone de guerre. Il doit maintenant passer les points de contrôle de sécurité pour se rendre à son village.

Enfant papou.
"Après la vente de leurs terres, la communauté Mooi ont été laissés dans l'extrême pauvreté, sans accès à la forêt qui les faisait vivre autrefois ."

Ayant perdu les forêts qu'ils appelaient la maison, la communauté de Steven doit désormais voyager de plus en plus loin pour trouver de la nourriture. 


Famille papoue à la recherche de nourriture.
Policier traditionnel. 

"Le mouvement indépendantiste papou couve depuis l'incorporation de la Papouasie occidentale en Indonésie en 1969."

Il existe en Papouasie occidentale un gouvernement alternatif appelé le conseil des peuples traditionnels. Ils ont leur propre force de police mettant les Droits de l'Homme et les questions environnementales dans leurs priorités. Ci-dessus, vous voyez un membre de la patrouille de police traditionnelle sur la rivière.

À vingt minutes de la mine Kawe, se trouve une ferme perlière . La ferme de Pearl produit 80 millions de dollars de perles par an prouvant que l'écosystème unique de Raja Ampat peut être utilisé pour faire des profits importants sans être décimée.

Chaterine Bastian du village de Salpeli passe au crible les perles.

Chaterine manipule une valeur d'un million de dollars en une seule matinée.
 La perliculture est une industrie financièrement et soit-disant écologiquement durable, et donc une bien meilleure option que l'exploitation minière. Cependant, un certain nombre de représentants locaux du gouvernement tentent d'arrêter cette activité australienne car la société refuserait de payer des pots de vin afin de continuer à fonctionner dans la zone.

Mouvement Indépendantiste Papou.

Ci-dessus, les membres du Mouvement Indépendantiste Papoue au village de Klamono fumant leurs cigarettes sous une une peinture de Jésus portant un drapeau "Morning Star"de la Papouasie Occidentale. Leur pays, leur pouvoir et leur dignité ont été arrachés de leurs mains. 

"Ils voient l'indépendance comme la seule façon d'amener un changement réel et ont placé leurs espoirs sur la communauté internationale pour les aider à y parvenir."


Un combattant de la liberté pour la Papouasie Occidentale. 
Un combattant de la liberté, en exil se trouve dans les halls de l'Université d'Oxford lors d'un rassemblement d'avocats internationaux qui travaillent à présenter le cas juridique pour l'indépendance de la Papouasie Occidentale . 

Plus récemment , les Papous ont fondé beaucoup d'espoir dans le nouveau président de l'Indonésie Joko Widowo qui a rouvert des négociations avec la province, après avoir déjà visité deux fois celle-ci cette année. Mais est-ce que changement il y aura ? si oui, dans quelle mesure va t-il être mis en œuvre , reste à voir.
______________________________________________

Editor's pick par James Morgan, publié le 28 Mai 2015  traduction : Alexandra Gazel/Perrine Odier

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire